Lutte contre les invasives

Le Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves (PLVG) a mis en place un programme de lutte contre les invasives. Basé sur la connaissance et la veille, la gestion de ces plantes et la communication, le syndicat tente d’éradiquer au mieux ces espèces qui ne cessent de proliférer.

 

Renouées du Japon.jpg

 

Les espèces dites invasives sont des plantes exotiques qui prolifèrent rapidement au détriment de la biodiversité locale. Elles peuvent être dangereuses pour les écosystèmes et posent des problèmes économiques, environnementaux mais aussi liés à la santé humaine et animale. Il n’est pas aisé de s’en débarrasser car elles possèdent une grande capacité d’adaptation et de renouvellement. Par un plan d’action divisé en trois volets, le PLVG cherche à diminuer l’impact des invasives sur son territoire, notamment dans les zones protégées ou encore préservées en amont.

 

——————————-  Pour aller plus loin  ——————————-

 

« Le phénomène des invasions biologiques (animales et végétales) constitue la seconde cause de perte de biodiversité dans le monde. Au-delà des impacts écologiques, les espèces invasives induisent des problèmes économiques et de santé. »

PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

 

« Une plante exotique envahissante est une plante introduite par l’homme, volontairement ou involontairement, en dehors de son territoire d’origine, et dont les populations s’accroissent spontanément et colonisent rapidement le territoire d’introduction, pouvant avoir des conséquences négatives sur les écosystèmes, les milieux naturels et les espèces indigènes. Certaines espèces peuvent aussi avoir un coût pour l’économie ou représenter une menace pour la santé humaine ou animale. » (source : Plantes exotiques envahissantes, http://www.pee.cbnpmp.fr)

Elles se nomment Impatience de l’Himalaya (Impatiens glandulifera), Renouée du Japon (Fallopia japonica) ou encore Buddleia (Buddleja davidii) et toutes font partie des plantes invasives contre lesquelles le PLVG lutte chaque jour. Amenée en France, elles se développent et ont colonisé nos régions en peu de temps. En plus de prendre le dessus sur notre biodiversité locale, elles entraînent de nombreux problèmes économiques et peuvent parfois être dangereuses pour la santé. A Cauterets par exemple, on trouve la Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) qui peut provoquer de graves brûlures par contact. Ailleurs, l’Ambroisie (Ambrosia artemisiifolia L.) entraîne elle de fortes allergies.

Ces plantes sont difficiles à maîtriser et par endroits trop envahis, on sait qu’il sera presque impossible de les éradiquer. Certaines, telle que la Renouée du Japon, sont capables de reprendre à partir d’un fragment de seulement 2 centimètres de tige ou de feuille. C’est pourquoi le fauchage des bords de route par exemple accélère leur prolifération.

Pour lutter contre ces plantes, la coupe peut fonctionner mais l’opération est à répéter 2 à 3 fois par an pendant plusieurs années. La replantation d’espèces locales (saules, aulnes …) sur les zones traitées optimise la lutte. Pour éviter la dissémination des fragments coupés, l’idéal serait de les brûler, sous couvert d’une autorisation puisque le brûlage des végétaux coupés étant interdit. Une démarche auprès des services de l’Etat est en cours pour obtenir cette autorisation. Il est aussi possible d’arracher les plantes et de piétiner les jeunes pousses. Cependant, ce travail demande du temps et de la main d’œuvre expliquant l’impact économique des espèces invasives dans une région.

Depuis environ quatre ans maintenant, le PLVG a mis au point un plan d’action de lutte contre les invasives dans le but de réduire au maximum leur prolifération. Ce plan est divisé en trois volets et programmé pour les cinq prochaines années.

Le premier volet de ce plan d’action est basé sur la connaissance et la veille. Après avoir effectué des inventaires de terrains et des états des lieux des berges, le PLVG établit un diagnostique d’évolution qui vise à comprendre pourquoi et comment ces plantes prolifèrent. Le syndicat peut ainsi prioriser les actions en fonction des enjeux écologiques tels que la protection d’une zone Natura 2000 ou des zones amonts encore préservées de ces plantes exotiques. Grâce à la veille, le PLVG recense les nouvelles espèces pour intervenir de façon rapide et efficace.

Dans un second temps, l’équipe du PLVG dédiée à l’entretien des cours d’eau et leurs berges va travailler sur la base d’un plan de gestion. On y établit les actions courantes et ponctuelles qui seront effectuées pour les cinq prochaines années. Les plantes invasives sont alors coupées, arrachées, piétinées et s’ils obtiennent l’autorisation de l’Etat, seront brûlées selon un protocole très strict.

Enfin, le dernier temps du plan d’action consiste à agir par la communication : le grand public est sensibilisé par la presse ou lors d’actions de sensibilisation ; le PLVG propose des formations pour les professionnels afin qu’ils ne disséminent pas des fragments de plantes invasives lors de leur travail quotidien (entretien des bords de route ou des espaces verts par exemples). Ces formations sont proposées au conseil départemental, aux mairies et aux élus pour expliquer les enjeux de cette lutte et les méthodes d’actions. Cette année, le PLVG sensibilise aussi un public privé pour que les matériaux utilisés par les entreprises de travaux ne comportent pas d’espèces invasives et le syndicat explique aux jardineries les conséquences que peuvent avoir la vente de ces plantes.

Ces actions ont pour but de lutter contre un fléau qui demande du temps et de l’argent aux collectivités et qui peut avoir des conséquences parfois grave sur la santé des hommes et des animaux.

Sources :

http://pee.cbnpmp.fr/

https://www.jardiner-autrement.fr/les-plantes-invasives/

http://www.valleesdesgaves.com/actus/Formation-Natura-2000-les-acteurs-du-territoire-mobilises-pour-lutter-contre-les-plantes-invasives/171/0

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s