Le ZéroPhyto : causes, démarche et résultats

Nous sommes tous concernés par la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Désormais, l’ensemble des collectivités françaises n’ont plus le droit qu’à un usage limité des pesticides, herbicides et fongicides. Bientôt, ce seront les particuliers qui seront soumis à ces mêmes restrictions.

 

jm2gju1ri46aisn

 

Depuis trois ans déjà, la commune de Lourdes s’est engagée dans une démarche ZéroPhyto. Elle n’a pas attendu la loi du 1er Janvier 2017 pour limiter l’utilisation des produits phytosanitaires sur son territoire. A l’exception des stades et des cimetières, l’ensemble de la commune entretient ses espaces verts, les berges du Gave, les trottoirs, les routes et les parcs par le biais d’actions mécaniques et non plus par l’utilisation de produits chimiques.

Cette démarche permet à la fois de préserver les sols et la qualité de l’eau, mais aussi de créer des espaces végétalisés en ville en diminuant les surfaces minéralisées.

 

 

——————————-  Pour aller plus loin  ——————————-

« Le passage au zéro pesticide chimique est possible. Un défi, certes, mais avant tout l’opportunité de proposer une nouvelle conception de la nature en ville, celle d’une matrice verte, riche de biodiversité et bénéfique à tous. »

PLAN ECOPHYTO, Le guide pratique des solutions

 

 

En France, le sol reçoit chaque année environ 65 000 tonnes de produits phytosanitaires répartis sur l’ensemble des jardins publics ou privés et en agriculture, dont 6 000 tonnes uniquement utilisés pour l’entretien des voies et des espaces verts publics.

Le Gouvernement français vise à réduire de 50% de l’utilisation de produits phytosanitaires sur les 10 prochaines années. Ainsi de nombreuses molécules dangereuses sont désormais interdites à la production, à la vente et à l’utilisation en France. C’est à ces fins que la loi de transition énergétique pour la croissance verte du 1er Janvier 2017 interdit l’utilisation de pesticides dans l’ensemble des structures publiques et qu’elle prévoit l’interdiction des pesticides chimiques chez les particuliers à partir de 2019. En effet, notre eau potable qui est prélevée dans des nappes souterraines ou dans des eaux de surfaces, risque constamment d’être en contact avec ces herbicides, fongicides ou insecticides. Le code de la santé public fixe les seuils de concentration de pesticides maximaux dans les eaux potables à 0,1 µg/l par substance individualisée et 0,5 µg/l pour l’ensemble des substances actives mesurées. Les périmètres de protection de captage d’eau potable ont pour but de protéger la ressource et de fournir une eau de bonne qualité aux usagers. Le programme ZéroPhyto permet de limiter le risque de contamination de l’eau par des pollutions diffuses ou accidentelles liées aux produits phytosanitaires mais aussi de préserver les écosystèmes urbains.

Cette démarche a pour but de reconquérir la biodiversité, retrouver de la nature en ville mais aussi protéger la santé des populations. Ainsi, cette action permettra de maintenir ou restaurer une bonne qualité de l’eau et de l’air, de régénérer les sols, d’aider à la pollinisation des plantes…etc.

A Lourdes, la mairie a su anticiper pour passer au ZéroPhyto petit à petit, afin de ne pas se retrouver dépasser. Depuis trois ans environs, le service des espaces verts n’utilise plus que des méthodes alternatives pour désherber les trottoirs, les caniveaux et autres lieux publics. Les agents de service ont désormais recours au fauchage manuel et mécanique ou encore au désherbeur thermique. Aujourd’hui, la ville laisse une partie de végétation spontanée et laisse plus de place à la nature pour s’exprimer. Si les habitants étaient au début réticent à ces « herbes folles » qui sont parfois associées à la propreté de la ville, les Lourdais commencent peu à peu à comprendre et accepter cette nouvelle forme de nature urbaine. Les nouvelles générations sont sensibilisées grâce à des interventions en école, des visites des serres communales 100% biologiques ou des ateliers de jardinage. Les mentalités changent et tous comprennent l’impact positif d’un tel programme. La ville travaille actuellement sur une communication plus poussée via des panneaux pédagogiques.

Concernant les stades et les cimetières, deux derniers endroits publics où les produits phytosanitaires sont encore légaux, la commune de Lourdes réduit au minimum l’utilisation d’herbicides. Longtemps perçu comme abandonnés, les cimetières végétalisés sont aujourd’hui de mieux en mieux perçus par les habitants et les visiteurs : la commune fleurie leurs parterres pour embellir le lieu sans gêner l’ouverture des caveaux.

L’ensemble des méthodes alternatives utilisées dans le programme ZéroPhyto sont recensées dans le Guide des Solutions publié par le ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer. Ce guide est téléchargeable par le lien ci-dessous :

« Ma commune sans pesticide – le guide des solutions »

La commune de Lourdes fait partie des 5 000 communes françaises engagées dans la démarche ZéroPhyto, et peut être fière d’avoir été pionnière dans le département.

Sources :
http://www.zerophyto.fr/
« Ma commune sans pesticide – le guide des solutions » réalisé par l’Agence Française pour la Biodiversité

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s